Production artisanale

Les règles de la fabrication artisanale

 

    L’une des réglementations de la fabrication artisanale est l’authenticité de sa recette. Le produit doit respecter la recette d’origine. De plus, il faut respecter les matières premières comme autrefois et ne pas jouer avec la nature. Tout comme certains fromages qui ne sont commercialisés que durant une partie de l’année ou le jus de grenade bio. Les tomates poussent en plein champs l'été avec les courgettes et les aubergines. Les choux les courges et autres merveilles se mangent plutôt 'hiver... au coin du feu si l'on a la chance d'avoir un foyer. L'agriculture pérenne est très en lien avec cette fabrication artisanale, la modernité a peu sa place par rapport à l’humain. Les petites parcelles sont privilégiées et permettent un maintien d'une dimension humaine. C’est la grande différence qui sépare l’industrie de l’artisanat. Même si les machines sont parfois présentent dans des entreprises artisanales, elles ne doivent pas prendre la place directement de l’homme mais plutôt l’aider dans ses tâches. C’est pour cela que dans ces entreprises on peut trouver de la modernité mais qui est suivi par l’homme.

 

Un signe de qualité

 

    L’avantage des produits artisanaux est la qualité des saveurs. On retrouve ainsi une sécurité de trouver dans nos produits des saveurs authentiques ainsi que la qualité des matières premières utilisées. Il est possible de retrouver ces produits sous la référence de produits du terroir car ils font part d’un artisanat local réputé ou juste unique. C’est produits peuvent ainsi être commercialisés directement à la ferme, en livraison à domicile, ou dans un colis gourmand destiné aux amateurs de produits de traditions pour une occasion... même fréquente. Des méthodes du passé pour des saveurs authentiques du présent, et un respect des traditions de nos ancêtres. Vivre avec son temps ne veut pas dire cracher sur le cheminement ancestral. C'est grâce à leur ténacité, leur persévérance, leur pouvoir personnel de croire sans avoir vu que le monde est devenu monde.

 

Redressons-nous !!!

C'est parce qu'il y a eu des pionniers qu'il y a eu des suiveurs.

    L'agriculture durable est l'application à l'agriculture, des principes du développement d'un système de production agricole, qui vise à assurer une production pérenne de nourriture de bois et de fibres en respectant les limites écologiques économiques et sociales qui assurent la maintenance dans le temps de cette production.

L'agriculture durable vise à réduire les impacts en matière environnementale. C'est notamment une agriculture qui protège davantage la biodiversité, l'eau et les sols qui lui sont nécessaires et qui l'utilise mieux via les auxiliaires de l'agriculture et les services « écosystémiques ».

 

Objectifs poursuivis

 

    L'agriculture durable vise une amélioration de la pérennité du système, en créant plus de richesses pérennes par unité de production, sur une base plus équitable. Ces principes sont basés sur la reconnaissance du fait que les ressources naturelles ne sont pas infinies et qu'elles doivent être utilisées de façon judicieuse pour garantir durablement la rentabilité économique, le bien-être social, et le respect de l'environnement. C'est-à-dire : LES TROIS PILIERS DU DÉVELOPPEMENT DURABLE.

 

Concrètement et dans l'idéal ET TOUT NOUS LAISSE CROIRE QUE C'EST POSSIBLE :

 

• L'agriculture durable vise l'utilisation optimale des ressources naturelles, utilisation des biens et services fournis par la nature, en premier lieu de l'eau, comme intrants fonctionnels ; préférence pour un approvisionnement local moins gourmand en énergie. Pour cela, elle utilise les processus naturels et régénérateurs, comme les précipitations, les cycles nutritifs, la fixation biologique de l'azote, la reconstitution des sols et les ennemis naturels des ravageurs, la pollinisation naturelle.

• Elle limite la contribution du secteur à l'effet de serre.

• Elle limite la production de déchets non réutilisés en créant des interdépendances avec d'autres activités économiques, dans un objectif de plus grande efficacité globale, et favorise l'utilisation des sous-produits de l'activité agricole ou de toute autre activité.

• Elle utilise des pratiques limitant l'érosion et la dégradation des sols, réduit l'usage d'intrants pour protéger les ressources en eau.

• Elle ne porte pas atteinte à l'intégrité des personnes, notamment en limitant l'usage de pesticides qui peuvent nuire à la santé des agriculteurs et des consommateurs (voir sûreté biologique).

• Elle protège la biodiversité.

 

Quelques principes d'agriculture durable

 

Pour être durable, l'agriculture doit respecter quelques principes :

• la conservation du sol ;

• la conservation des ressources en eau : on constate qu'à l'échelle mondiale, les ressources en eau sont surexploitées, de sorte que le niveau des nappes phréatiques baisse presque partout, et notamment dans les grandes régions céréalières de Chine, des États-Unis et d'Inde ; La France n'a vraiment pas de quoi se glorifier, il est simplement plus facile de poser des évaluations sur les pays étrangers... pour ne froisser personne.

• la conservation des ressources génétiques et de la biodiversité. Allons donc rencontrer les fondements de l'association KOKOPELLI... dans mon film d'introduction ils sont intervenants à juste titre.

• l'aménagement durable des pâturages naturels ;

• la lutte contre la désertification.

 

À ces principes de base, il faut ajouter la nécessité d'éliminer

les usages dispersifs des métaux en agriculture.

 

Organisation de l'agriculture durable

 

Le concept principal est celui d'une exploitation agricole constituée par un ensemble de sous-systèmes fonctionnant tous en interaction, un sous-système générant des entrées pour les autres, le système fonctionnant dans l'idéal en cycle fermé.

 

VENONS EN À LA PERMACULTURE ! SOEUR JUMELLE INDISSOCIALBLE !

 

La permaculture est une méthode systémique et globale qui vise à concevoir des systèmes -par exemple des habitats humains et des systèmes agricoles mais cela peut être appliqué à n'importe quel système- en s'inspirant de l'écologie naturelle - biomimétisme- et de la TRADITION. Elle est pas une méthode VIVANTE, un « mode d'action » qui devra prendre en considération la bio-diversité de chaque écosystème. Elle ambitionne une production agricole durable, très économe en énergie -autant en ce qui concerne le carburant que le travail manuel et mécanique- et respectueuse des êtres vivants et de leurs relations réciproques, tout en laissant à la nature « sauvage » le plus de place possible.

 

Cette « méthode » FRUIT DE TOUTES LES TRADITIONS ANCESTRALES DU MONDE.... a été « REcréée » et mise au goût du jour dans les années 1970 par les Australiens Bill Mollison et David Holmgren. Le terme permaculture signifiaitinitialement « agriculture permanente ». Il a été rapidement étendu pour signifier « culture de la permanence » car on s'est rendu compte que les aspects sociaux faisaient partie intégrante d'un système véritablement durable. Cette dernière signification est encore aujourd'hui sujette à diverses polémique qui écartent le fond de la démarche et l'engagement global de tous les protagoniste socio politico économico culturels qu'elle implique... Là est bien le seul problème... Une cohésion de regard sur une solution cohérente pour tous.

 

Avec ce sens étendu, la permaculture forme des individus à une éthique ainsi qu'à un ensemble de principes . L'objectif étant de permettre à ces individus de concevoir leur propre environnement, et ainsi de créer des habitats humains plus autonomes, durables et résiliants. Cet engagement donne une société moins dépendante des systèmes industriels de production et de distribution, identifiés justement comme le fondement de la destruction systématique des écosystèmes.

 

Elle utilise entre autres des notions d'écologie, de paysagiste, d'agriculture biologique, de biomimétisme, d'éthique, de philosophie et de pédologie. La permaculture invite à mettre ces aspects théoriques en relation avec les observations réalisées sur le terrain de façon harmonieuse.

 

Elle est un élan sain et serein de retour aux sources, synergique équilibré et naturel de tout ce qui nous est offert généreusement, nous entoure et nous protège depuis la nuit des temps. Elle est une façon d'approcher avec respect et pudeur une puissance qui nous dépasse largement. Elle est une philosophie de vie portant ses fruits juteux et savoureux sur le court moyen et long terme.

 

Elle permet de s'engager dans une cause qui concerne chaque habitant de la planète à travers nos gestes quotidiens.... et enfin, elle permet de réels progrès Humains parce qu'elle rend entre autre UTILES, COMPLÉMENTAIRES et HEUREUSES, toutes les générations depuis et pour toujours.

 

LA FERME DE MARIE

EST UN DE CES RELAIS D'INTENTION,

D'ATTENTION, ET DE MISSION...

Blog

Tarifs 2017/2018

18/10/2017 09:55
À votre disposition sur commande : Fin 2017/2018 La ferme de Marie : 06 87 46 66 93 lafermedemarie@akeonet.com Chemin de la Verdière Quartier les Pérets 83670 BARJOLS   ABATS--------------------------------------------- 10 € kg AGNEAU (demi et ou entier )------------------ 16 €...

Newsletter 1 - Les couleurs

25/04/2017 14:21
NEWSLETTER N°1 Lundi 6 Mars 2017 Bonjour à chacun(e) de vous !   Nous commencerons par « les couleurs de l'arc-en-ciel ! »   ROUGE ORANGE JAUNE VERT BLEU INDIGO VIOLET... Et pourquoi un tel départ pour une première « Newletter »? Et bien pour...

Fabrication artisanale de la FERME DE MARIE

02/11/2016 22:08
Les règles de la fabrication artisanale   L’une des réglementations de la fabrication artisanale est l’authenticité de sa recette. Le produit doit respecter la recette d’origine. De plus, il faut respecter les matières premières comme autrefois et ne pas jouer avec la nature. Tout comme...

Premier message

25/06/2015 12:07
Nous lançons notre nouveau blog aujourd'hui. Visitez-le régulièrement et nous essayerons de vous tenir informé. Vous pouvez suivre les dernières infos de ce blog via le fil RSS.

Contactez-nous