JOURS ET HORAIRES D'OUVERTURE

Toute l'année selon vos choix et nos disponibilités

 
Nous répondons à votre demande en fonction des réservations déjà effectives.
 
Les repas sont réservés pour minimum 10 et maximum 20 adultes. Les enfants de moins de deux ans sont les bienvenus et sont accueillis gratuitement. Pensez à votre confort et à ceux de vos invités pour les réservations en soirée, les enfants fatigués ont besoin d'être dans leur lit.
 

Merci pour votre compréhension

A très vite, Marie ! 
 
N'hésitez pas à toute contactez pour toute demande.
 
JOURS ET HORAIRES D'OUVERTURE
Toute l'année selon vos choix et nos disponibilités
 
Nous répondons à votre demande en fonction des réservations déjà effectives.
Les repas sont réservés pour minimum 10 et maximum 20 adultes. Les enfants de moins de deux ans sont les bienvenus et sont accueillis gratuitement. Pensez à votre confort et à ceux de vos invités pour les réservations en soirée, les enfants fatigués ont besoin d'être dans leur lit.
 
Janvier, Février, Mars et Août 2017 sont déjà complets, nous ne pourrons donc valider aucune réservation nouvelle.  Merci pour votre compréhension

Table à la ferme

Dans le cadre des prestations proposées sur notre domaine familial, nous avons créé une table à la ferme gastronomique.

Le repas est préparé pour une somme par adulte de 150 € et 50 € par enfant à partir de 2 ans.

 

Tous les bénéfices de cet ouvrage est reversé intégralement aux profits de l'Association, qui poursuit son œuvre humaine individuelle et de groupe, environnementale, et animalière depuis 1998.

 

Nous ne sommes pas un RESTAURANT CONVENTIONNEL

 

Nous mettons la gastronomie à l'honneur avec nos plats de qualité, une petite cave honorable, un accueil attentif +++, et de fait,  puisque nous ouvrons pour vous lorsque vous réservez, et que ces réceptions sont exceptionnelles tout au long de l'année. Le service est soigné, convivial, familial, et le cadre est agréable.

 

Notre « brigade de cuisine » se présente sous la forme de deux personnes, les mêmes qui sélectionnent et élèvent, avec rigueur et professionnalisme. Ce sont eux aussi qui font pousser... récoltent choisissent ce que vous avez dans l'assiette quelques semaines mois ou années plus tard.

 

René-Philippe et Marie-Pierre sont là pour vous permettre de passer un bon moment autour d'une table de choix avec des mets que nous passons de longues heures à vous associer, afin de créer un menu unique à chaque réception. C'est ce que nous avons déjà fait pendant 10 ans, et c'est l'aspect créatif de ce beau métier de partage qui continue à nous séduire et à nous rendre joyeux.

 

Nous sommes là aussi pour satisfaire vos commandes les plus variées lorsqu'elles sont dans nos compétences. Nous vous énonçons si elles atteignent nos limites et vous proposons les personnes aptes à les réaliser pour nous et pour vous avec le tarif de leur prestation.

 

Nous sommes propriétaires éleveurs ET récoltants, responsables de chaque assiette qui va vous être servie.

 

La qualité reste notre maître mot et le fil conducteur de notre approvisionnement pour ce que nous ne produisons pas. Le choix se portera toujours avec préférence sur des productions semblables aux nôtres, avec des choix d'hygiène de vie des matières de première.

Les productions VRAIMENT traditionnelles ont toujours notre préférence, puisque de fait elles respectent la vie, les saisons, les sols, le dessous des sols soit la vie bactérienne, et n'ont donc aucun besoin de badigeonner de pesticides fongicides insecticides etc.... chimiques, la nature se charge de tout. Les auxiliaires du monde vivant sont les bien venus et ils sont même aidés car ils sont aidant.

 

OUI lorsque tout est vivant et équilibré il n'est nul besoin de l'industrie agro alimentaire et pétrochimique. La vie se déroulait fort bien avant elle et poursuivra sa route sans aucun doute après.

 

La gastronomie constitue l'une des composantes de « la culture », synthèse des savoir-faire et des traditions, populaires comme élitaires, quant au boire et au manger.

Son objectif étant de « satisfaire les papilles » plus que de répondre à un besoin vital

De façon courante, il s'agit d'apprécier et de pouvoir analyser les accords de saveurs, les nuances de préparation, les harmonies entre mets et boissons d'accompagnement, la présentation même des mets, la qualité du service. Le « gastronome averti », devrait pouvoir apprécier et être capable d'évaluer le respect que nous avons pour cette passion, le doux souvenir de nos traditions ancestrales, et l'intérêt des innovations.

L'exercice de la gastronomie requiert donc un savoir, tant pour préparer que pour déguster et, en principe, le sens de la convivialité. C'est le cas chez nous et nous y mettons un point d'honneur.

En tant qu'ensemble de connaissances et de pratiques, la gastronomie est peu à peu considérée comme une culture. Elle intègre des données immatérielles comme des savoirs, des pratiques,  savoir-faire et rituels , du lien social et du partage, résumés par la formule «humanisme de la table» où se dit l’ouverture à l’autre et à l’ailleurs. C'est une forme d'immatérialité qui s’incarne dans la matérialité du goût, des instruments techniques et des ustensiles, des produits, des mets, des livres de recettes, des lieux comme notre table, au sein d'un domaine où trois générations à ce jour ont travaillé de leurs mains et à travers leurs diverses passions.

À ce titre, elle constitue un patrimoine immatériel dont divers pays, le Mexique dès 2005, et la France en 2008, ont demandé l'inscription sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco. De nombreux pays sont à ce jour candidats. Et la gastronomie reste un objet d'études et de recherches scientifiques un peu partout dans le monde.

C'est aussi … un luxe et un art

La gastronomie peut paraître un luxe, en raison du coût élevé de certains aliments et des prix de la restauration de haut niveau (cuisiniers maitrisant des techniques précises, élaborant des mets composés de produits de haute qualité gustative, éventuellement inédits).

Des convives fortunés voyageant à travers le monde, pouvant s'attarder à table et ayant la curiosité d'une littérature spécialisée, se constituent une culture gastronomique étendue plus facilement que les gourmets aux moyens financiers limités. Ces derniers peuvent, néanmoins, se considérer comme tout autant gastronomes et parfois d'authentiques chercheurs de saveurs originales et d'association atypiques au même titre  que les premiers. Le risque existe aussi dans l'antre des Chefs lorsque le jeu  des épices se met en route et que nul ne peut plus arrêter l'artiste en plein travail artistique.

La gastronomie concerne aussi des produits simples et des recettes de tous les jours, qui peuvent, autant que les mets luxueux, participer à l'éducation gustative et à l'entraînement à la dégustation. Celui qui s'applique à déguster avec attention un plat simple, en mémorisant ses sensations, dans des conditions de « luxe, calme et volupté », témoigne d'un comportement de gastronome, contrairement à celui qui mange ce même plat distraitement, simplement pour se nourrir, combler sa faim ou s'attabler par convention.L'attitude fait tout . Combien de grands chefs se sentent blessés par le regard blasé ou le coup de fourchette mécanique, portés sur leur travail ?

C'est aussi... une philosophie

La vision philosophique de ce monde des métiers de bouche, à la base uniquement alimentaire, et devenu privilégié, oriente le regard vers la personnalité gastronomique qui sommeille au fond de nous, son intérêt social et la vision de chacun du terme "gastronomie". L’affirmation identitaire des attentes de chacun est sollicitée. Devant ce plat composé par un « étranger  à notre histoire » qui prend une place nourricière le temps d'un repas ou d'un séjour est dense et chargé de signification totalement individuelles et donc de fait totalement subjectives. Il sera nécessaire de faire abstraction de certaines notions « d'habitudes » et « d'acquis » qui risqueraient de venir ternir un jugement par ailleurs très sensible et positivement réactifs aux différents parfums, aux textures les plus surprenantes, et aux associations les plus soudaines.

 Les règles de la gastronomie varient selon les classes sociales, les nations, les régions, les époques et les modes.

Les différences sont, ou furent, liées aux ressources alimentaires locales, les classes aisées ayant en principe une culture de table plus vaste. Les principes socioculturels, en particulier religieux, sont particulièrement importants dans certains univers.

S'il existe une gastronomie que l'on peut dire « mondiale », au temps du fooding, les habitudes gastronomiques locales, régionales et nationales demeurent assez solidement ancrées.
Il n'y a d'ailleurs pas contradiction entre l'attachement aux traditions et aux recettes locales et la curiosité envers l'inédit. De nombreux amateurs de bonne chère sont ouverts aux diverses cultures de table et apprécient ce qui vient d'ailleurs. Cette ouverture s'est surtout avérée à partir du siècle en mouvement, lorsque les gourmets ont découvert d'autres terroirs que ceux de leur province, d'autres habitudes alimentaires que celles de leur ville ou de leur bourg.

Les religions ont leur importance, bien que les gastronomes reconnus ou se voulant tels n'y fassent que prudemment référence : les gourmets de confession musulmane ou juive ne partagent pas forcément les préférences des gastronomes chrétiens, bouddhistes, etc., en raison des interdits religieux plus ou moins respectés et des habitudes communautaires.

L'origine sociale, l'éducation et les ressources financières jouent également beaucoup.

Les différences gastronomiques dépendent aussi de principes techniques et artistiques. Et si la cuisine évolue comme les sciences et d'autres arts, avec lesquels elle peut avoir des relations, nous pouvons évoquer, à la Ferme de Marie,  le fait que nous choisissons volontairement de proroger la tradition culinaire ancestrale au détriment des cuisines dites moléculaires. Le répertoire « moderne » de nos compositions reste ancré, profondément enraciné dans les méthodes du travail passionnel et énergivore qui donne la saveur de l'exception à ce que la nature et nos bêtes nous proposent de meilleur. Nous ne nous écartons pas de cette ligne de conduite.

En bref et en conclusion, notre terroir reste prioritaire. Son identité nous permet des compositions des plus audacieuses. Le fruit de notre travail et l'amour que nous mettons à l'ouvrage se retrouve dans vos assiettes.

À très bientôt

Marie

 

 


Contact

lafermedemarie-provence.com

La ferme de Marie - Chemin de la Verdière -
Quartier Les Pérets
83670 BARJOLS

06 87 46 66 93
04 94 04 98 31